Journal de pousse #1 | Empties, tops, flops & length check

C’est quelque chose de très, très important pour moi, mes cheveux. Même je dirais, ma croisade capillaire. Aujourd’hui, j’ai beaucoup de choses à vous montrer, alors on commence tout de suite ! 😉

Moi, et mes cheveux

Je ne vais pas m’étaler sur mon évolution capillaire, très longue et laborieuse. Je vais résumer les choses très simplement : depuis que je suis toute petite (3 ou 4 ans… ?), je veux avoir les cheveux longs, raides et blonds – sachant que mon père est Angolais, hein ^^’. Vers 10 ans, le blond a disparu, puis c’est la raideur que j’ai abandonnée il y a 2 ans et demi. Aujourd’hui, je recherche surtout la longueur, et forcément, la santé de mes cheveux. Pour vous donner une idée de la chose, les différentes textures qu’on peut trouver sur mon crâne vont du type 3c au 4c. Et oui ! J’ai des cheveux crépus, secs. Ingérables. J’ai spécialement un souci avec mes pointes qui font beaucoup de petits nœuds – pour les non-initié(e)s, c’est ce qu’on appelle des fairy knots, conséquence de petites boucles trop serrées. J’ai déjà plusieurs fois pensé à redéfriser, voire à texlaxer. Mais j’hésite encore beaucoup. En bref, mes cheveux sont très fragiles (naturellement et aussi parce que j’ai des petites tendances trichotillomaniaques) ; donc j’essaie de plus en plus d’utiliser des produits clean, et pour cet hiver, je me suis lancée dans une cure de Forcapil.

Fairy Knots

Ma routine, dans les grandes lignes

Je n’ai pas de routine extrêmement précise, puisque j’essaie au maximum de m’adapter aux caprices de ma touffe. Mais il reste certaines choses fixes. Premièrement, je me lave les cheveux une fois par semaine : la veille, je fais un bain d’huile en démêlant avec mes doigts (très rarement au peigne à dents larges), et je laisse poser toute la nuit, sous mon foulard. Puis le lendemain, je les mouille et les brosse. Shampooing puis après-shampooing/masque. Et là… ça dépend. Du temps que j’ai, de ma motivation, de l’état de mes cheveux. Crème, huile, wash and go… Rien n’est jamais sûr ^^  À noter qu’il m’arrive de faire des no-poo quand je n’ai pas pu faire de bain d’huile la veille, quand mes cheveux ne sont pas extrêmement sales. Et deuxièmement, ma routine quotidienne se résume à l’éternelle hydratation puis, bien sûr, je la scelle avec de l’huile.

Laver

Laver : shampooings et masques

No Tangle Brush – Macadamia : c’est le seul et unique accessoire que j’utilise. Et uniquement sur cheveux mouillés. Je l’apprécie beaucoup, car elle les casse assez peu. Elle m’aide à lisser ma masse, et donc à mieux avoir accès à mon cuir chevelu pour y appliquer ensuite le shampooing – et à bien le répartir sur l’ensemble de mon crâne aussi.

Shampooing crème riche, à l’aléo vera et huile de karité pur – Ultra Doux, Garnier (cheveux crépus ou défrisés) : je n’ai pas encore eu l’occasion de bien le tester. Pour l’instant, j’aime bien l’odeur et la texture. Et il a l’avantage d’être sans silicone. Il y a aussi du sulfate, mais je me sens davantage capable de gérer le dessèchement, plutôt que des cheveux qui n’absorbent plus rien.

Shampooing hydratant ultra-riche – Macadamia (cheveux très drus, bouclés) : il est bientôt fini, et je ne le rachèterai pas. Il a beaucoup d’avantages (non-testé sur les animaux, sans sulfate), il fait le job, mais j’ai trouvé le précédent qui, pour le peu que j’ai pu tester, me plaît davantage.

Après-shampooing, démêlant hydratant ultra-riche – Macadamia (cheveux très drus, bouclés) : il est également bientôt terminé. Il est sans sulfate tout comme le shampooing de la même gamme, et tout comme lui, je ne le rachèterai pas. Le produit en lui-même est très bien, mais j’ai un souci avec le packaging : le produit est trop dense, pâteux et donc ne sort pas ; d’une part, j’ai dû le diluer avec de l’eau, et d’autre part, je dois dévisser le bouton pour qu’il sorte car l’ouverture est trop petite par rapport à la quantité dont j’ai besoin pour ma touffe (et je ne suis pas vraiment patiente ^^’). Et puis, honnêtement, j’aimerais bien tester l’après-shampooing de la gamme « aléo vera et huile de karité pur » de chez Garnier.

Olive Oil Replenishing Conditioner – ORS (cheveux abîmés) : produit terminé. C’est le tout premier soin protéiné que j’ai utilisé, et il a fait beaucoup de bien à mes cheveux. Mais je ne pense pas que je le rachèterai, car j’ai découvert le produit suivant :

Masque réparateur intensif « mayonnaise » (ou Hair Mayonnaise) – ORS (cheveux abîmés) : je vous en avais déjà parlé dans mon dernier haul, et j’ai pu l’utiliser depuis. Il est davantage protéiné que le Replenishing Conditioner et, comme vous pouvez le voir, il y a une bonne quantité. Si l’odeur me dérange un peu (ça sent pas mal, même le pot fermé), je crois que je l’ai définitivement adopté. Bon, il est pas top top sur mes cheveux les plus épais – qui ont davantage besoin d’hydratation que de protéine -, mais il rend les plus fins du sommet du crâne doux comme jamais !!

Hydratation

Hydratation : brume et crèmes

À noter que j’hydrate principalement des cheveux avec de l’eau (évidemment ^^).

Crème de soin, à l’huile d’avocat et beurre de karité – Ultra Doux, Garnier (cheveux très secs ou frisés) : produits terminés. Pendant longtemps, ça a été la seule crème que j’ai utilisée – la preuve, j’en ai fini deux en assez peu de temps ! J’en ai été relativement satisfaite malgré l’espèce de film gras qu’elle laissait sur mes cheveux, puis j’ai vraiment commencé à m’en lasser. Et je suis tombée sur la gamme « aloé vera et huile de karité pur ». Donc je ne rachèterai pas.

Crème de jour ultra riche, à l’aloé vera et huile de karité pur – Ultra Doux, Garnier (cheveux crépus ou défrisés) : une petite révélation ! Sans silicone, maxi format, l’odeur et la texture sont géniales, et elle ne laisse pas de sensation de gras sur le cheveux. Pour l’instant, je n’y vois aucun inconvénient. On verra sur un plus long terme ce que ça donne, mais je l’aime vraiment. Apparemment, elle peut également jouer le rôle de protecteur de chaleur, mais je ne me lisse pas les cheveux, donc je ne pourrais davantage vous parler de cette caractéristique-là.

Démêlant hydratant léger sans rinçage en brumisateur – Macadamia (cheveux fins comme ceux d’un bébé) : il ne correspond pas du tout à mon type de cheveux. Il faisait partie d’un pack, et il n’y avait pas d’équivalent de brume pour la gamme « cheveux drus ». Évidemment, il n’est pas assez hydratant pour moi, donc je ne le rachèterai pas. Mais je garderai le spray pour y mettre de l’eau 🙂

Huiles

Huiles

Huile élixir beauté – Syoss (cheveux abîmés ou secs) : produit terminé, que j’ai depuis longtemps et que j’ai mis beaucoup de temps à vider. Il y a beaucoup trop de silicone dedans : quand je l’appliquais sur mes cheveux, il fallait que je me lave les mains 3 à 5 fois pour éliminer le produit de ma peau. Très, très peu agréable. Je ne rachète pas.

Réparateur extrême au beurre d’illipé – Laboratoire Wilson (cheveux desséchés et abîmés) : un autre vieux, vieux produit (il a d’ailleurs fait peau neuve depuis). Encore beaucoup de silicone. J’ai du mal à le terminer, je le donnerai peut-être à quelqu’un que ça ne dérange pas plus que ça, et je ne rachète pas.

Huile thérapeutique, réparatrice – Macadamia (tous types de cheveux, idéale pour cheveux secs et/ou abîmés) : j’en ai deux à terminer, et je vais me répéter… Trop de silicone. Et encore une fois, je ne rachète pas. De plus, elle donne vraiment un effet lustré au cheveu, mais les miens l’absorbent mal.

Huile en spray à l’huile d’olive extra vierge & kératine – Palmer’s (cheveux secs, bouclés) : j’ai un peu du mal à donner un avis sur l’efficacité de ce produit. En tous cas, l’huile est d’épaisseur assez moyenne, et …. elle contient du silicone. Par contre, la marque précise qu’elle est sans sulfate – ce qui me semble assez évident pour une huile qui n’est pas censée laver… :/

Huile capillaire à la noix de coco « Rainforest » – The Body Shop (tous types de cheveux) : plus liquide que la précédente, elle laisse mes cheveux plus doux quand je l’utilise en avant-shampooing. Mais j’ai du mal avec l’odeur ; en l’achetant, je ne pensais pas qu’elle sentirait aussi fort. Une fois que je l’aurais finie, j’essaierai de la remplacer par une autre huile, toute aussi légère.

Huile vierge biologique de ricin – Centifolia : ai-je réellement besoin de faire le moindre commentaire ? Que ce soit cette marque-ci ou une autre, l’huile de ricin a la réputation d’améliorer la pousse des cheveux, poils, ongles ainsi que de les fortifier. Ce que je peux vous confirmer et ce qui est, pour ma quête de longueur, indispensable. Je l’utilise donc principalement sur mes racines, et parfois sur les longueurs en hiver, mais uniquement sur les cheveux les plus fragiles. Elle est très épaisse donc il vaut mieux l’utiliser de manière localisée.

Voilà ! C’est tout pour ces produits ! Maintenant, on passe l’état de ma longueur qui est un peu hétérogène…

Length check

Devant : 15cm
Derrière : 14cm
Gauche : 15cm
Droite : 15cm
Sommet du crâne : 21cm

Comme vous pouvez le voir, je suis dans une sorte de phase de transition dans les produits que j’utilise : j’essaie de finir de vieux flacons, de réduire la quantité de produits que j’utilise, et je m’oriente vers des produits plus clean, plus naturels (et bio si cela est possible).

Utilisez-vous des produits naturels pour vos cheveux ? Si oui, lesquels ? 🙂

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire