Jour 29 | Pause italienne, et défi dans le défi

Il y a peu, je vous annonçais commencer un tout nouveau challenge de développement personnel, concentré autour de mes projets d’écriture. Je voulais donc vous faire aujourd’hui un petit retour le début de ma troisième saison du Défi des 100 jours. Petit rappel de mes objectifs :

– avancer mon roman
– travailler sur mon mémoire
– faire vivre le blog
– corriger des fictions
– lire davantage

.

Un démarrage vite ralenti

Hyper motivée, je me suis lancée dans ce projet sur un coup de tête. Et j’ai reçu comme une confirmation à cette décision, le visionnage imprévu d’un vidéo de Gaëlle où elle parle de son propre défi des 100 jours (d’ailleurs, si jamais quelqu’un sait si elle l’a continué jusqu’au bout…). Elle m’a boostée comme jamais !!

Et pour les premiers jours, je me suis principalement concentrée sur le blog et sur mon mémoire. À ce sujet, j’ai enfin avancé la lecture d’un ouvrage très important en termes de méthodologie pour mon travail universitaire.

Cependant, ce premier élan s’est trouvé quelque peu interrompu par mon départ en Italie. En effet, je suis partie un total de 14 jours. 14 jours sans pouvoir travailler et me concentrer sur mes projets. J’avais emmené dans ma valise, un roman et ce fameux ouvrage scientifique, mais ma grand-mère m’a subtilisé le premier pour le lire elle-même et le second a été très difficile à ouvrir pour moi. J’étais particulièrement fatiguée par les sorties et les visites, par la chaleur et les constantes interactions sociales. Je pense y avoir pourtant trouvé mon compte : je vous prépare plusieurs articles pour ce voyage, mais j’ai aussi trouvé là-bas de l’inspiration pour mes études et pour mon roman. Choses pour lesquelles je suis particulièrement reconnaissante, d’autant que la « magie » m’a plus ou moins suivie dans la péninsule bottée 😉

.

Je ne veux pas être aimée

J’ai eu cette prise de conscience en pensant à la ville de Vérone, quelques jours avant que nous ne la visitions. Je pensais à Juliette, à toutes ces lettres qu’elle reçoit, à toutes ces demandes qui lui sont faites. J’ai réfléchi à ce que moi, j’aurais pu lui écrire – et surtout, à ce que moi, je voulais comme homme. La réponse a éclos toute seule dans mon esprit, la seule réponse valable à mes yeux et à mon cœur : je veux d’un homme qu’il me respecte et m’intéresse. Ça a été bizarre, et crucial pour moi, d’en arriver à l’énoncer ainsi, aussi justement et simplement. Parce que, contrairement à beaucoup de gens, je n’ai pas forcément envie que l’autre m’aime. Et peut-être même que je préférerais que ce ne soit pas le cas. Le respect passe avant tout, le respect est bien trop précieux et indispensable pour moi.

.

Un redémarrage difficile

Le retour au quotidien et au travail concret a été plutôt difficile. D’autant plus que la première nuit que j’ai passé dans mon lit, j’ai rêve de celui à qui ma lettre ouverte est destinée. C’est quelque chose qui m’arrivait rarement auparavant, et pourtant, c’est la seconde fois depuis la publication de cet article. Deux fois où je n’étais pas en colère contre lui pendant le rêve, mais j’ai quand même senti un changement entre les deux. Davantage de détachement de ma part. La question reste délicate, mais je reste optimiste à ce sujet. J’ai besoin de rester optimiste – surtout quand j’ai reçu, quelques jours plus tard, confirmation de la date du procès aux assises.

Mais concentrons-nous sur mes projets. J’ai eu du mal à me remettre au travail, avec la chaleur et la fatigue accumulée. Et il m’est encore difficile d’avancer sur plus de 2 projets par jour, mais j’ai entamé la correction d’une fiction, ce qui est une très bonne chose. Autre point positif : j’ai pris conscience qu’il fallait que je privilégie sérieusement mon sommeil, car il a un réel effet sur mon efficacité. Et pour booster encore davantage ma productivité, j’ai décidé de me lancer dans un défi dans le défi..!

.

Mon premier Camp Nanowrimo… à deux 😉

Et oui, je me lance enfin ! C’est une grande décision pour moi qui n’ai jamais eu la possibilité matérielle de participer au Nanowrimo classique, celui de novembre (vous savez, ce challenge d’écriture qui consiste à écrire un roman, l’équivalent de 50 000 mots, en un seul mois). Mais ayant découvert le Camp Nanowrimo qui laisse libre de choisir le nombre de mots que l’on veut atteindre, je me suis dit que je pourrais peut-être bien participer à la session de juillet. Je me suis donc inscrite sur le site, pour écrire l’équivalent d’au moins un article de blog par jour – je me suis fixé un objectif de 20 000 mots, soit 646 mots par jour. Cela ne veut pas dire que je publierai tous les jours, mais je veux débloquer mon écriture et m’avancer pour août, car je travaillerai alors à plein temps. Je vous ferai probablement des retours réguliers sur mon avancement sur Facebook ou sur Twitter 🙂

Et voilà que la semaine dernière, je reçois un texto de mon ex m’annonçant qu’il a commencé à écrire une histoire. La première de toute sa vie. Vous vous doutez bien que je l’ai embarqué avec moi dans cette petite aventure d’écriture 😉

.

Et vous, ça vous tente le Camp Nanowrimo ?? ^^

June.W

 

Photo.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire